L’infiltration des eaux pluviales : une gestion alternative par l’infiltration naturelle

Publié le 2 novembre 2017 Picto catégorie Gestion de l’eau Gestion de l’eau

Loin des constructions traditionnelles d’évacuation par les réseaux, l’infiltration naturelle est une technique alternative de gestion des eaux pluviales. Le système TTE® répond aux enjeux de l’infiltration des eaux pluviales par une solution technique hautement perméable et résistante, capable d’absorber 100% des précipitations et de retenir jusqu’à 100 L d’eau/m².

Les bénéfices de l’infiltration des eaux pluviales

La gestion des eaux pluviales par l’infiltration naturelle comporte plusieurs avantages environnementaux, sociétaux et économiques, visant le retour du cycle de l’eau dans la ville :

  • Réduire le ruissellement de surface
  • Réduire le risque d’inondations et de pollutions
  • Recharger les nappes phréatiques et masses d’eaux
  • Réintroduire la biodiversité dans les sols
  • Contribuer à la lutte contre les îlots de chaleur
  • Améliorer la qualité du cadre de vie urbain
  • Réaliser l’économie de réseaux d’évacuation très coûteux en installation et entretien

 

Infiltration des eaux pluviales cycle de l'eau

Le système TTE® pour une infiltration des eaux pluviales à leur point de chute

La dalle TTE®, pavée ou engazonnée, est un système intégré d’infiltration naturelle de l’eau de pluie
à son point de chute, sans ruissellement. Le système est capable d’absorber jusqu’à 100% des précipitations et de retenir jusqu’à 100 L d’eau/m².

Test pratique d’infiltration naturelle

Sur le test ci-dessous, 70 litres d’eau sont déversés sur ce parking de plus de 5 ans d’existence, réalisé en dalles pavées O2D PAVE. On observe que la capacité d’absorption du système est très élevée puisque la totalité de l’eau est absorbée en moins d’une minute.

Le système de revêtement perméable TTE®, associé à une hauteur de fondations drainantes adaptées, absorbe et retient 100% des précipitations. Il suffit pour cela de dimensionner les capacités de stockage des fondations selon l’événement pluvieux de référence souhaité (pluie d’orage, décennale, centennale).

Infiltration naturelle des eaux pluviales sur un revêtement drainant

Test de capacité d’absorption (LWG)

Les tests de mesure de perméabilité réalisés sur les dalles TTE® pavées et engazonnées (Test LWG) sur différents dispositifs démontrent des capacités d’absorption et de rétention des précipitations excellentes, avec les valeurs suivantes :

Système Dalle pavée
O2D PAVE
Dalle engazonnée
O2D GREEN
Coefficient de perméabilité K 3,28.10-2 m/s 3,12.10-3 m/s
Capacité de rétention pour un complexe
de 11 cm d’épaisseur
(lit de pose + dalle TTE®)
33,3 L/m² 40,7 L/m²
Capacité de rétention pour un complexe
de 26 cm pour le pavé et 31 cm pour le gazon
(fondation + lit de pose + dalle TTE®)
78,3 L/m² 100,7 L/m²

Comment dimensionner un ouvrage d’infiltration des eaux pluviales ?

Indicateurs clés

Il faut prendre en compte deux indicateurs principaux pour dimensionner un ouvrage d’infiltration :

  • Le volume d’eau à infiltrer, qui exprime la quantité d’eau recueillie sur la parcelle pour un épisode pluvieux de référence (pluie de projet).
  • La capacité d’infiltration du sol existant, c’est-à-dire son coefficient de perméabilité.

Capacité d’infiltration des eaux pluviales

L’efficacité d’un revêtement drainant est déterminée par sa vitesse de percolation (mesurable avec un drainomètre – Norme NF P 98-254-3) et sa capacité de rétention. Le coefficient de perméabilité « K » d’un sol correspond à la quantité d’eau absorbée en un temps donné, mesuré en m/s ou en cm/s. C’est son potentiel d’infiltration naturelle.  Il est souvent préférable de pratiquer une étude de perméabilité du sol en avant-projet. Il existe différents types de sol avec des capacités d’infiltration variables, comme présenté sur le tableau ci-dessous (source : ADOPTA).

Coefficient de perméabilité des sols coefficient K

Mesure de l’événement pluvieux à infiltrer (pluie de projet)

La mesure de l’événement pluvieux a pour objectif de déterminer le volume d’eau maximal à infiltrer sur une période de retour donnée (10 ans, 20 ans, 30 ans, 100 ans) et un territoire donné. Le choix de la période de référence se fait en application de la norme NF EN 752-2.

Le hyétogramme représenté ci-dessous (source : BEI ERE) a été déterminé avec les coefficients de Montana pour une pluie décennale de deux heures, selon les informations fournies par Météo France.

Gestion des eaux pluviales pour une pluie décennale

> Définition du coefficient de Montana (Météo France)

 

Voir d’autres actus

Publié le 29 octobre 2017
Picto catégorie Biodiversité Biodiversité
Stop à la destruction de nos sols ! L’enjeu de l’urbanisme aujourd’hui est d’aménager la ville grâce à des techniques permettant de préserver ou restaurer les fonctions naturelles des sols. Production alimentaire, filtre de l’air et de l’eau, réservoir de biodiversité… ces fonctions sont essentielles au bien-être des populations. Il est primordial de protéger les […]
En savoir plus
Publié le 25 octobre 2017
Picto catégorie Innovation technique Innovation technique
En choisissant un système aux capacités de portance éprouvées, vous assurez un parking perméable stable et durable dans le temps. Le système TTE® offre une répartition latérale des charges optimale. La dalle en elle-même, produite à partir de plastiques recyclés, présente une densité de matière très importante : 28 kg/m2 contre 7 à 10 kg/m2 […]
En savoir plus
Publié le 25 octobre 2017
Picto catégorie Innovation technique Innovation technique
L’aménagement d’un parking paysager nécessite un choix de techniques adaptées à son usage et aux volontés de conception paysagère. La dalle alvéolée TTE® offre de multiples possibilités créatives grâce à sa modularité. Son unique socle portant accueille différents types de remplissages : gazon, pavés béton ou gravier. Les bienfaits de l’aménagement d’un parking paysager agissent […]
En savoir plus