Plan biodiversité et artificialisation des sols parkings perméables

Plan Biodiversité : des mesures en faveur des parkings perméables

Publié le 24 septembre 2018 Picto catégorie Biodiversité Biodiversité

La préservation de la biodiversité dans nos villes et campagnes est devenue une urgence écologique. Quelques chiffres tirent le signal d’alarme :

  • Disparition d’1/3 des populations d’oiseaux de campagne en 15 ans
  • 6900 espèces menacées en France métropolitaine et DOM TOM
  • +0,8 % de sols artificialisés chaque année depuis 2010

Peu de temps après la présentation du Plan Biodiversité en juillet 2018, François De Rugy succède à Nicolas Hulot. Charge à lui de maintenir le cap fixé par le ministère de la transition écologique et solidaire. Le plan Biodiversité comporte pas moins de 90 actions. Parmi ses mesures phares, la lutte contre l’artificialisation des sols ressort au premier plan.

Le plan Biodiversité donne le cap pour limiter l’artificialisation des sols

Le sol, premier support des écosystèmes et de la biodiversité, est en danger. Chaque année la superficie des sols artificialisés augmente. Selon, l’étude Teruti-Lucas (2017) le rythme de progression de l’artificialisation des sols s’élève à +0,8% par an depuis 2010. C’est l’équivalent d’un département comme la Seine-et-Marne perdu en à peine dix ans. En cause, le développement de l’habitat individuel et l’étalement péri-urbain au profit de surfaces commerciales et nouveaux quartiers. Pour contrer ce phénomène grandissant, la Plan Biodiversité prévoit de :

Limiter la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers pour atteindre l’objectif de « zéro artificialisation nette »

Parmi les objectifs fixés par le Plan Biodiversité :

Lutter contre l’étalement urbain et favoriser la densification

En appuyant l’inscription de mesures contraignantes dans la loi et dans les documents d’urbanisme de chaque territoire.

En renforçant le contrôle de légalité des documents d’urbanisme et en permettant la suspension des opérations d’aménagement commercial par le préfet.

Soutenir les solutions innovantes anti-artificialisation de sols

Par le lancement de 10 projets innovants de désartificialisation ou renaturation.

Par l’obligation d’aménager des parkings perméables pour toute nouvelle construction, favorisant l’infiltration des eaux pluviales et luttant ainsi contre le risque d’inondations.

 

Le parking perméable : solution anti-artificialisation
portée par le Plan Biodiversité

L’avenir du parking ne rime pas avec béton et enrobé mais plus avec gazon et perméabilité. Le Plan Biodiversité cherche à changer le visage de ces surfaces pour en faire des lieux de continuité écologique, favorables à la biodiversité, permettant le retour de l’eau dans les sols et de la végétalisation en ville.

Comment le parking perméable permet-il de lutter contre l’artificialisation des sols ?

  • il limite l’emprise au sol des constructions et l’imperméabilisation des sols urbains ou péri-urbains
  • il réintroduit l’eau dans le sol grâce à l’infiltration des eaux pluviales à la parcelle, sans ruissellement
  • il restaure la biodiversité du sol, un sol « ouvert » étant favorable au développement de la micro-faune et des micro-organismes
  • il réintroduit la végétalisation en ville, support favorable aux espèces et aux bénéfices environnementaux multiples

Ces dernières années, apparition de mesures en faveur des parkings perméables…

En 2014, la Loi ALUR limite la surface accordée aux parkings des surfaces commerciales.  Elle abaisse à 0,75 le rapport d’emprise au sol entre le parking et son bâtiment, là où la loi SRU accordait un rapport d’1,5. La loi ALUR encourage l’aménagement de places de parkings perméables, celles-ci ne comptant que pour la moitié de leur surface.

Loi ALUR : fiche technique

La Loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (2016) encourage également la végétalisation (et donc la non-imperméabilisation) des parcs de stationnements commerciaux.

Ces textes de loi nationaux se traduisent au niveau local avec des règles concrètes de non-imperméabilisation des sols au sein des PLU ou PLUi. De plus en plus de projets d’aménagement intègrent la gestion des eaux pluviales à la parcelle, en favorisant le recours aux techniques d’infiltration naturelle : noues, tranchées drainantes, revêtements perméables pavés ou gazon, chaussées à structure réservoir…

 

Le Plan Biodiversité annonce l’obligation de l’aménagement de parking perméable pour toute nouvelle construction.

On peut donc s’attendre à un renforcement de la réglementation en ce sens dans les documents d’urbanisme locaux.

Parking perméable : quelles possibilités ?

Des solutions pour aménager des parkings perméables
en accord avec le Plan Biodiversité

Quelles solutions privilégier pour vos futurs aménagements de parkings perméables ?

Les techniques alternatives de gestion des eaux pluviales peuvent vous aider à remplir les exigences de non-artificialisation des sols du Plan Biodiversité. Parmi elles, les revêtements perméables répondent précisément à l’enjeu de protection des sols.

Laisser le sol « ouvert » permet de rétablir les échanges air-eau-sol nécessaires à l’accueil de la vie (microfaune et micro-organismes du sol) et favorisant la biodiversité.

 

Mettre en oeuvre un parking perméable nécessite d’allier INFILTRATION, RÉSISTANCE et MODULARITÉ

Le concept TTE® et les solutions d’O2D ENVIRONNEMENT (dalles gazon, pavées et gravier) remplissent ces fonctions. La modularité du système TTE® offre de nombreuses possibilités de conception pour des parkings perméables pavés et végétalisés. L’infiltration de la goutte de pluie sans ruissellement, la protection du gazon ainsi que ses capacités de portance en font un système de dalles alvéolaires stable et durable.  Nos équipes accompagnent les porteurs de projets afin de délivrer les conseils de mise en oeuvre essentiels à la réussite des aménagements (fondations fertiles et portantes, pose des dalles).